Le mur gravuré, le vrai cousu Goodyear

La technique utilisée pour le montage des chaussures est au centre des préoccupations. Pour les marques, c’est un puissant outil de communication qui valorise leur savoir-faire. C’est aussi une composante importante du style qui permet de différencier les maisons. Pour les clients, le cousu est l’un des rares éléments avec la peausserie qu’ils peuvent voir et toucher. Les discussions autour de la (bonne) manière de monter les chaussures sont donc nombreuses en boutique comme sur internet.

Il existe pléthores de techniques différentes : Blake, Bolognais, Mocassin, Norvégien, etc. Chacun avec plusieurs variantes selon les pays et époques ! Un cousu semble faire l’unanimité : le fameux cousu Goodyear. Il a tout pour plaire avec un montage très solide qui permet un grand nombre de semelages, une bonne étanchéité, un style à la fois urbain et traditionnel… C’est aujourd’hui dans l’esprit des clients LE montage des chaussures de qualité, en comparaison du cousu Blake notamment.

Dans un vieux dictionnaire de cordonnerie, nous avons trouvé la définition suivante :

“méthode d’assemblage selon laquelle une trépointe est cousue directement sur la semelle dite première de montage grâce à un mur de gravure.”

En botterie, l’artisan creuse la première de montage permettant de la coudre à la trépointe. C’est ce mur gravé qui incarne l’esprit du cousu trépointe et a fait sa légende. Le cousu Goodyear en reprend les principes fondamentaux. C’est sur la solidité du mur que repose toute la longévité de la chaussure.

Pourtant, tous les cousus Goodyear ne se valent pas.

On remarque bien le rôle primordial du mur qui permet de solidariser les éléments ensemble.

Tout se complique lorsque le montage est industriel (99% des paires en prêt-à-chausser)... Pour gagner du temps, il faut réduire les opérations manuelles. Les fabricants ont donc cherché à rendre la réalisation du mur plus simple et plus rapide.

Dans un premier temps La première de montage est incisée et renforcée par de la toile pour créer le mur.

Puis, dans le temps, la recherche de qualité des clients s’amoindrissant, une bande de tissu est simplement collée sous la première, créant le relief nécessaire à la couture de la trépointe. On appelle ce mur rapporté (gemming en anglais). Nous sommes loin de l’esprit bottier puisque le mur n’est plus creusé mais rapporté ! La chaussure perd partiellement la solidité offerte par le montage Goodyear.

Chez Point de Paris, nous utilisons l’ancien cousu Goodyear plus proche plus des techniques traditionnelles. La première de montage est incisée et renforcée par une toile afin d’en assurer l’intégrité dans le temps. Ce mur gravuré est ensuite cousu à la trépointe et à la tige. Ainsi, elles sont solidarisées par une seule couture… Nous sommes au plus proches des méthodes utilisées en botterie.

Le mur gravuré Point de Paris, renforcé par une toile.


Il n’est pas été facile de mettre en place ce mur gravuré dans l’élaboration de nos souliers. A notre connaissance, très peu de marques proposent ce montage qui est pour nous l’essence même du cousu Goodyear. Ces opérations demandent un savoir-faire particulier que ne possèdent pas tous les ateliers.


Là aussi, la volonté de notre partenaire a été décisive lors de nos différents essais. Notre envie commune de proposer un production d’exception nous a permis de relever ce défi. Sois donc certain que ta paire Point de Paris a été manufacturée de la meilleure façon possible et t’accompagnera pendant de longues années.

Amicalement.

8 vues

S'abonner à notre Newsletter

© 2020 by QUATROM.

Crédits photo Florent Peschisolido et Quatrom